Déterminer le projet auquel vous aspirez, avoir des informations sur le marché et dénicher l’entreprise adéquate, ce sont là des étapes du processus de la reprise d’une entreprise. Toutefois, elles restent encore nombreuses. En effet, trouver les fonds dont vous avez besoin pour racheter l’affaire est l’étape la plus cruciale de toutes.

Le financement est une préoccupation importante si vous êtes sur le point de reprendre une société. Cependant, nombreuses sont les subventions dont vous pourrez bénéficier lors de la reprise d’une activité déjà existante, et ce, relativement à la situation financière et géographique de l’entreprise en question.

Les subventions pour l’achat d’une entreprise

Pour donner corps à un projet, il faut développer son financement. Par exemple, vous pouvez financer l’acquisition d’une entreprise par un prêt bancaire, mais vous devez également être en mesure de présenter des acomptes ou des capitaux, pour montrer que votre démarche est sérieuse.

Votre plan d’action pour trouver une source de financement doit d’abord se focaliser sur les possibilités les plus proches (épargne personnelle, votre argent, etc.), puis les sources de financement les plus éloignées (prêts bancaires, etc.).

Cependant, le gouvernement, aussi, participe activement en encourageant de jeunes entrepreneurs dans leur démarche, d’où l’existence des différentes subventions pour aider au financement du rachat de l’entreprise en question.

Lisez aussi  Quelles sont les subventions de fonctionnement pour les comités d’entreprise ?

Le financement lors de la reprise d’une entreprise en étant au chômage

En étant demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier d’aides spécifiques pour reprendre un commerce ou bien une entreprise de manière générale. Il existe quatre aides financières (en plus de l’aide à la création d’entreprise) pour les demandeurs d’emploi souhaitant reprendre une entreprise :

  • l’ARE : c’est l’aide au retour de l’emploi, elle préserve les droits des demandeurs d’emploi en maintenant leur allocation de chômage ;
  • l’ARCE : il est question de versements égaux à 45 % des allocations de chômage leur étant dues ;
  • la NACRE : un dispositif en forme d’accompagnement de la relève d’entreprise.

Il y a également les Aides de Création et de Reprise d’Entreprise (l’ACRE). Cette dernière prévoit une exonération durant une certaine période issue d’un ensemble de cotisations sociales pour la première année de l’activité.

Les subventions de Bpifrance pour reprendre une entreprise

Elle dispose de plusieurs offres d’aides. D’abord, il y a le contrat relatif au développement et la transmission. Celui-ci permet aux acquéreurs des petites et moyennes entreprises (PME) de solliciter l’assistance de Bpifrance pour leur contrat de développement et de transmission. Cette aide facilite le financement des acquisitions d’entreprises.

Puis, il y a la garantie de la transmission, qui est un projet d’acquisition d’une petite entreprise. Cette garantie de transmission va augmenter vos chances de bénéficier d’un crédit bancaire et vous faciliter la tâche, puisqu’elle vous garantit 50 % d’un prêt pour l’achat de titres ou de fonds de commerce.

Enfin, vous avez le prêt d’honneur, qui contribue également à la reprise d’une entreprise. Ce type d’aide est apporté par l’ADIE, Initiative France ou encore, Réseau Entreprendre.

Lisez aussi  Quelles sont les subventions et aides pour une entreprise innovante ?

Les subventions fiscales pour la reprise d’une entreprise

Dans certaines situations, les acheteurs professionnels peuvent bénéficier de rabais, d’exonérations fiscales ou de crédits d’impôt.

La réduction d’impôts Madelin IR/PME

La souscription au capital d’une PME ou bien à une société d’utilité spéciale, le souscripteur bénéficie, et ce, sous des conditions bien déterminées, d’une réduction liées aux impôts sur leur revenu égal à 25 % de leur investissement.

La reprise d’une entreprise par donation

En cas de reprise d’entreprise par donation, sous certaines conditions, un rabais de 300 000 € peut être obtenu sur la valeur du bien lors du calcul des multiples droits de mutation. Par ailleurs, les dons peuvent être de la bonne volonté, des fonds d’artisanat, des titres d’entreprise ou une clientèle.

Comment obtenir des aides et des subventions pour son entreprise ?